Le Blason

Sans appartenir à personne en particulier, ni à aucune branche de notre famille, ce blason peut servir à désigner la grande famille Trudel(le) du Canada et chacun de ses membres peut l’utiliser. En employant les termes de l’art héraldique, notre blason se décrit comme suit:

Écu français de sable, centré d’une croix pattée et alaisée d’or et surmonté d’un casque de chevalier d’argent. Sur un listel d’argent, la devise AD SUM, qui peut se traduire: PRESENT ou J’Y SUIS



Comme symbolisme :


  • l’écu français exprime l’origine de notre famille;
  • le casque signifie le dévouement patriotique;
  • le sable, l’attachement à la terre;
  • la croix marque la foi et l’esprit de sacrifice;
  • l’or symbolise l’amour;
  • l’argent, la simplicité et la valeur.

Terrain où est sis le monument

Le 24 novembre 1909, quelques membres de la famille Trudel se réunirent pour discuter de l’érection d’un monument commémoratif sur les fondations mêmes de la maison de Jean Trudelle. Il fut décidé de soumettre le projet à ses descendants et de leur demander de contribuer pour la réalisation du projet. Le terrain de dix pieds carrés situé sur le lot 196 du cadastre de Ange-Gardien fut donné par monsieur François Doyon, propriétaire du lot. 


Monsieur Alfred Trudelle, ancien architecte du gouvernement du Québec, conçut et fit construire le monument par Laforce et Frère, marbriers à Québec. Le travail commença le 23 août 1910 et se termina deux semaines plus tard, le 1er septembre. Le casque qui repose sur le chapiteau fut sculpté par Georges Trudelle.


Lors des excavations pour les fondations du monument, on trouva les assises en pierre de la maison de Jean Trudelle ; toute la pierre extraite fut utilisée à nouveau. Avant de commencer la construction, la petite croix en bois qui avait été placée sur le terrain en 1873 fut déposée au fond du trou. Le coût pour la construction s’éleva à un millier de dollars.


Le monument a une hauteur totale de vint-cinq pieds au-dessus de ses assises qui elles même ont quatre pieds de hauteur. En incluant le casque, la hauteur totale est de trente pieds et le poids approximatif est de trente-deux tonnes.


Voici la signification de chacun des emblèmes sur le monument : La croix : symbolise la foi. La hache : symbolise le colon. La faux : symbolise la moisson. La gerbe : symbolise l’abondance. 1645 : date de l’arrivée de Jean Trudelle au Canada. Ad Sum : devise de la famille Trudel. Le calice : rappelle la première messe dite à Ange-Gardien. 1664 : année de cette première messe.


Le blason : armoiries de la famille venant d’Adrien Trudelle, de France, qui fut anobli en 1696. Le casque : celui du gentilhomme.


Le monument est visible de la route 138 qui longe le fleuve Saint-Laurent. Pour s’y rendre, si vous venez de Québec, passé les chutes Montmorency, tournez à gauche aux feux de circulation à la rue Dugal qui est bien indiquée. La rue Dugal vous ramènera quelques centaines de mètres sur vos pas vers l’ouest pour arriver au monument à votre droite. Si vous venez de Ste-Anne-de-Beaupré, tournez à droite aux feux de circulation de la rue Dugal est continuez vers l’ouest jusqu’au monument.


Description du monument

Lors des excavations pour les fondations du monument, on trouva les assises en pierre de la maison de Jean Trudelle ; toute la pierre extraite fut utilisée à nouveau. Avant de commencer la construction, la petite croix en bois qui avait été placée sur le terrain en 1873 fut déposée au fond du trou. Le coût pour la construction s’éleva à un millier de dollars.


Le monument a une hauteur totale de vint-cinq pieds au-dessus de ses assises qui elles-mêmes ont quatre pieds de hauteur. En incluant le casque, la hauteur totale est de trente pieds et le poids approximatif est de trente-deux tonnes.


Voici la signification de chacun des emblèmes sur le monument : La croix : symbolise la foi. La hache : symbolise le colon. La faux : symbolise la moisson. La gerbe : symbolise l’abondance. 1645 : date de l’arrivée de Jean Trudelle au Canada. Ad Sum : devise de la famille Trudel. Le calice : rappelle la première messe dite à Ange-Gardien. 1664 : année de cette première messe. Le blason : armoiries de la famille venant d’Adrien Trudelle, de France, qui furent anoblies en 1696. Le casque : celui du gentilhomme.


Le monument est visible de la route 138 qui longe le fleuve Saint-Laurent. Pour s’y rendre, si vous venez de Québec, passé les chutes Montmorency, tournez à gauche aux feux de circulation à la rue Dugal qui est bien indiquée. La rue Dugal vous ramènera quelques centaines de mètres sur vos pas vers l’ouest pour arriver au monument à votre droite. Si vous venez de Ste-Anne-de-Beaupré, tournez à droite aux feux de circulation de la rue Dugal est continuez vers l’ouest jusqu’au monument.


Le Drapeau

Quand notre famille décida de choisir un drapeau, elle choisit un tricolore aussi simple qu’expressif qui fait abstraction de tout ce qui nous divise. Les couleurs sont bleu, jaune et vert disposées verticalement.


Le bleu représente l’immensité des eaux.


Le jaune symbolise l’immensité de nos moissons et la richesse de nos mines.


Le vert figure l’immensité de nos forêts.


Le premier drapeau Trudel(le) fut béni solennellement au début de nos fêtes en 1945. Arborons-le avec amour, fierté et gloire.


La maison ancestrale 

Parfondeval, France

Voici la maison ancestrale de Parfondeval telle qu’elle apparaissait avant d’être rénovée par monsieur et madame Lévesque, ses propriétaires actuels. Cette précieuse photo a été prêtée à Thérèse Trudel-Marceau par madame Lévesque. Thérèse et son mari ont été reçus comme des parents et amis par le couple Lévesque lors d’une visite à Parfondeval en mai 2002. Nous devons leur être reconnaissants d’avoir préservé cette partie de notre héritage. 

Visite (en deux parties) de la maison ancestrale des famille Trudel à Parfondeval en France, là où habitait Jean Trudel, l’ancêtre des Trudel d’Amériques, 

venu en 1655 sur la côte de Beaupré près de Québec.


Visite commentée par Céline (10e génération) fille de Louis, originaires de Ste-Thècle au Québec